Bureau Régional pour l’Afrique de l’Ouest
Cameroun : Utilisation de la force excessive lors de manifestations à Bamenda©

Cameroun : Utilisation de la force excessive lors de manifestations à Bamenda

Communiqué du Porte-parole du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Liz Throssell

Nous demandons instamment au Gouvernement camerounais de veiller à ce qu’une enquête rapide, efficace et indépendante soit menée sur des informations selon lesquelles les policiers ont eu recours à une force excessive lors d’une manifestation dans la ville de Bamenda le 8 décembre, au cours de laquelle quatre personnes auraient été tuées.

Ces dernières semaines, plusieurs manifestations ont eu lieu dans les régions anglophones du Cameroun, principalement contre l’utilisation du français dans les écoles et les tribunaux. Les enseignants, les avocats et les étudiants protestent contre ce qu’ils considèrent comme une violation de leur droit d’utiliser leur langue et leur culture.

Nous demandons aux autorités camerounaises de veiller à ce que les forces de sécurité fassent preuve de retenue lors de la tenue de manifestations policières et que les droits à la réunion pacifique et à la liberté d’expression soient respectés. Nous appelons également les manifestants à protester pacifiquement et à ne pas recourir à la violence.

Nous exhortons le gouvernement à prendre des mesures rapides et appropriées pour traiter de manière constructive les griefs exprimés dans ces régions, conformément aux obligations internationales du Cameroun en matière de droits de l’homme et aux engagements politiques pris lors de l’Examen Périodique Universel du Conseil des droits de l’homme.

(Liz Throssell, Porte-parole du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme)

Pour accéder au communiqué original en anglais :
http://www.ohchr.org/FR/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=21022&LangID=E