Bureau Régional pour l’Afrique de l’Ouest
Communiqué de presse du HC - Journée Internationale des droits de l'homme 2015: "Le Haut-Commissaire demande la ratification universelle et le respect des traités fondamentaux des droits de l'homme"©

Communiqué de presse du HC - Journée Internationale des droits de l’homme 2015 : "Le Haut-Commissaire demande la ratification universelle et le respect des traités fondamentaux des droits de l’homme"

9 décembre 2015

Journée des droits de l’homme le 10 décembre :

Le Haut-Commissaire demande la ratification universelle et le respect des traités fondamentaux des droits de l’homme

GENEVE (9 décembre 2015) – Les deux traités fondamentaux des droits de l’homme adoptés par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1966 sont aussi importants et pertinents aujourd’hui qu’ils ne l’étaient il y a un demi-siècle et devraient être ratifiés par tous les Etats, a déclaré le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, dans un message à l’occasion de la Journée des droits de l’homme.

L’appel de Zeid Ra’ad Al Hussein intervient à la veille du 50ème anniversaire du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) et du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC).
« Les deux pactes constituent le fondement de ce que nous reconnaissons aujourd’hui comme étant le droit international des droits de l’homme », a déclaré le Haut-Commissaire. « A ce jour, ils ont été ratifiés, respectivement, par 168 et 164 Etats, mais 27 pays n’ont ratifié ni l’un ni l’autre et huit Etats n’ont ratifié que l’un des deux. Au cours des cinq dernières années, le nombre de ratifications a diminué à, en moyenne, une ratification par an », a-t-il observé.

« Nous sommes aujourd’hui confrontés à des problèmes nouveaux, alarmants et en constante évolution, tels que le changement climatique, le terrorisme, l’essor des discours de haine contre les minorités religieuses and raciales, les restrictions aux libertés d’expression, d’association et aux droits des travailleurs, ainsi que les menaces sur la vie privée dans un monde de plus en plus numérique », a déclaré Zeid Ra’ad Al Hussein.

« Les défis de notre temps nous mettent devant des choix difficiles dans un contexte d’intolérance et d’inhumanité croissantes. Les pactes, ainsi que le cadre légal et la jurisprudence des comités d’experts qui supervisent leur mise en œuvre, peuvent nous aider à relever ces défis », a déclaré le Haut-Commissaire.

« Les pactes précisent les libertés fondamentales – liberté de vivre à l’abri de la peur et du besoin, liberté d’expression et de religion. Ils détaillent également les droits qui touchent bien des facettes de la vie humaine : le droit à la liberté, à la sécurité, à l’éducation, à la santé, à l’égalité entre hommes et femmes et à l’élimination de toutes les formes de discrimination », a-t-il ajouté.

« Les pactes ne sont pas des textes juridiques arides et abstraits, mais bien des outils cruciaux pour garantir que les libertés soient respectées et promues, et que des réponses cohérentes et humaines soient apportées aux crises. Ils font une différence dans la vie quotidienne des gens dans les pays qui les ont ratifiés », a insisté le Haut-Commissaire.

« Les États devraient considérer le fait de devenir partie aux deux pactes comme une décision positive, qui conduit à une orientation et à un suivi constructifs visant à un meilleur respect des standards internationaux en matière de droits de l’homme », a déclaré Zeid Ra’ad Al Hussein.

« Les deux pactes forment aussi un moyen pour les peuples de demander des comptes à leurs gouvernements en matière de respect et de défense de leurs droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels, et pour garantir des compensations et réparations pour les violations des droits de l’homme », a-t-il ajouté. « Mais, 50 ans plus tard, encore bien trop de personnes ne connaissent pas leurs droits ou ne savent pas comment les faire valoir. C’est pourquoi mon organisation lancera, le 16 décembre, une campagne annuelle intitulée “Nos droits, nos libertés, toujours” afin de promouvoir et de mieux faire connaître les pactes. »

FIN

La liste des pays qui ont ratifié les deux pactes et les autres traités principaux relatifs aux droits de l’homme peut être consultée ici (en anglais) : http://indicators.ohchr.org/

Pour plus d’information sur la campagne « Nos droits, nos libertés, toujours », rendez-vous sur : http://www.ohchr.org/FR/NewsEvents/HRDay2015/Pages/HRD2015.aspx

*La Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH) a été adoptée en 1948 et représente un idéal commun pour tous les peuples et toutes les nations. Pour la première fois, elle énonce des droits de l’homme fondamentaux devant être universellement respectés. Cette déclaration n’ayant toutefois pas d’effet juridique, celui-ci est assuré par les deux pactes adoptés le 16 décembre 1966 et entrés en force en 1976. La DUDH et les deux pactes forment la Charte internationale des droits de l’homme :
http://www.ohchr.org/Documents/Publications/FactSheet2Rev.1fr.pdf

Pour plus informations et demande de la part des médias, prière de contacter :
Ravina Shamdasani (+ 41 22 917 9169 / rshamdasani@ohchr.org) ou Cécile Pouilly (+41 22 917 9310 / cpouilly@ohchr.org) ou Liz Throssell (+ 41 22 917 9466 / 41 79 752 0488 / ethrossell@ohchr.org)

évènements / campagnes

Rejoignez-nous et « Défendez les droits de quelqu'un aujourd'hui »
Le Haut-Commissariat aux droits de l'homme lance un appel de fonds de 253 millions de dollars – le plus ambitieux à ce jour
Atelier régional : Droits de l'Homme, Genre et Budget

Publications