Bureau Régional pour l’Afrique de l’Ouest
Déclaration de la Haut-Commissaire à l'occasion de la Journée internationale des femmes©

Déclaration de la Haut-Commissaire à l’occasion de la Journée internationale des femmes

10 mars 2021

Déclaration de Michelle Bachelet, Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, commémorant la Journée internationale de la femme

46e session du Conseil des droits de l’homme
Genève, 8 mars 2021.

Mesdames et Messieurs les délégués,
Chers amis,

J’ai le plaisir de me joindre à vous pour commémorer la Journée internationale de la femme de cette année sous le thème " Les femmes au pouvoir : Parvenir à un avenir égal dans un monde COVID-19".
Comme le Secrétaire général nous l’a rappelé à l’ouverture de cette session du Conseil, cette "crise a un visage de femme".

Les femmes, en particulier celles qui appartiennent à des groupes marginalisés et discriminés, ont été parmi les plus durement touchées par la pandémie. Cela n’est pas dû à une vulnérabilité inhérente. C’est le résultat de modèles sociaux, politiques et économiques et d’institutions qui les ont exclues depuis des générations - et qui continuent de le faire.

Il est grand temps de changer de cap. Et ce, dans l’intérêt de tous.

Il est prouvé que la représentation des femmes en politique se traduit par des investissements plus importants dans la protection sociale et par une plus grande attention portée à l’environnement et à la justice climatique. La participation des femmes aux négociations de paix est liée à des solutions plus durables. Et il est prouvé que, dans le secteur privé, la présence de plus de femmes à la tête d’une entreprise se traduit par de meilleures performances commerciales.

Par-dessus tout, il devrait être évident que nous ne serons pas en mesure de relever les défis d’aujourd’hui si nous continuons à exclure de grandes parties de la population du leadership et de la prise de décision. Personne ne conseillerait à un entraîneur de jouer avec seulement la moitié de son équipe.

Et pourtant, c’est ce que nous continuons souvent à faire.

Au cours du segment de haut niveau de cette session, seuls environ 22 % des intervenants étaient des femmes. C’est le reflet de la situation mondiale. Les femmes n’occupent que 25 % des sièges dans les parlements nationaux et 29 % des postes de direction. À la fin de l’année 2020, seuls 21 pays comptaient une femme chef d’État ou de gouvernement et les femmes sont largement absentes des groupes de travail et des efforts de rétablissement du COVID.

Soyons clairs. Ce n’est pas le manque d’intérêt ou de capacités qui freine les femmes, mais la discrimination.

Une discrimination qui se traduit par des lois qui les empêchent de contrôler leur corps, de posséder des terres ou de demander un crédit. Cela conduit à la part disproportionnée des responsabilités de soins ; aux normes sociales empêchant l’égalité d’accès à une éducation de qualité ou détournant les filles de certains domaines d’enseignement ; à la violence, au harcèlement et aux pratiques néfastes. Ce rapport affirme qu’il est "naturel" pour les femmes de jouer un rôle de soignantes dans la société et "contre nature" ou "inapproprié" pour elles d’avoir des attributs souvent considérés comme nécessaires pour le leadership, tels que l’assurance, la détermination et le franc-parler.

Nous devons prendre des mesures spécifiques pour résoudre ces problèmes, sinon ils ont tendance à se perpétuer. Des mesures temporaires spéciales, y compris des quotas, sont essentielles pour briser le cycle de l’exclusion et créer de nouveaux modèles. Et nous devons célébrer le travail et les succès des femmes et des filles leaders dans toute leur diversité et dans tous les domaines.

Chers collègues,

Nous sommes à un moment charnière.

La responsabilité de notre vie nous incombe : créer des sociétés post-pandémiques plus équitables, inclusives, justes et durables.

Les femmes et les filles représentent une force incroyable pour ce changement. En fait, elles en sont à l’origine.

Dans le monde entier, les femmes et les filles agissent pour le climat, plaident pour une protection sociale et des soins de santé pour tous, soutiennent les survivants de la violence domestique et sexuelle. Elles élargissent l’espace démocratique et civique et poursuivent la lutte contre la discrimination raciale systémique.

Le Commissariat est fier de mettre en lumière leur travail dans le cadre de sa campagne "I Stand With Her". Comme l’a dit une jeune femme dont le profil est présenté dans la campagne : "Les femmes sont puissantes. Les femmes sont étonnantes. Les femmes peuvent tout faire".

Bonne journée internationale des droits de la femme !

évènements / campagnes

Célébration de la journée internationale des droits de l'Homme 2020
Rejoignez-nous et « Défendez les droits de quelqu'un aujourd'hui »
Le Haut-Commissariat aux droits de l'homme lance un appel de fonds de 253 millions de dollars – le plus ambitieux à ce jour

Publications