Bureau Régional pour l’Afrique de l’Ouest

Bénin : La CB-PIDESC et Amnesty International exhortent le Bénin à ratifier le PF-PIDESC (Droits Humains Info du 8 octobre 2015)

Favoriser la ratifiation avant lafi de l’année du Protocole facultatif relatif au Pacte international se rapportant aux droits économiques, sociaux et culturels (PF/
PIDESC) par le Bénin. tel est l’objectif poursuivi par la CB-DESC en organisant l’atelier de plaidoyer en direction du gouvernement et du parlement le 24 septembre dernier à Cotonou. rappelant au cours de son intervention que le Bénin a déjà signé le PIDESC le 24 septembre 2013 témoignant ainsi de son adhésion aux buts visés par cet instrument de promotion et de protection des droits humains, le président de la CB-DESC, roland Clotaire quenum a marqué sa surprise face aux réticences observées pour franchir le pas à travers la ratifiation devant consacrer l’effectivité et la justiciabilité de ces droits au Bénin. Ce sentiment est d’autant plus accentué,
selon lui, qu’en raison de l’indivisibilité, de l’universalité et de l’interdépendance des droits de l’homme, le Bénin ne saurait privilégier les droits civils et politiques au détriment de ceux économiques, sociaux et culturels. Aussi, faisant observer que les
citoyens du Bénin ont soif de justice sociale, il a exhorté le gouvernement et le parlement à œuvrer en tandem pour la ratification dans un avenir proche du protocole dont l’entrée en vigueur permettra aux instances judiciaires d’assurer la protection de ces droits fondamentaux à travers la sanction de leur violation. « Si notre pays ratifie ce protocole, il aura fait une fait une grande avancée dans le
domaine de la protection des droits humains », conclura-t-il. En saluant pour sa part les efforts déployés par le gouvernement en faveur de la jouissance par les populations de leurs droits économiques, sociaux et culturels, le directeur par intérim
d’Amnesty International Bénin, Epiphane Dossou a assuré que « tant que le protocole ne sera pas ratifié par le Bénin, nous ne baisserons pas les bras ». représentant pour la circonstance le Bureau régional du Haut commissariat aux Droits de l’homme, Omar Azzabi s’est réjouit de cette initiative qui constitue pour
son institution, selon ses propos, « le point d’orgue de l’accompagnement de la Société civile et l’Etat du Bénin ». La pertinence de cette initiative est d’autant plus vérifie, à ses yeux, que le Bénin se trouve classé parmi les pays ayant les plus faibles indices humains. Aussi, prenant appui sur l’image de marque dont jouit le
Bénin sur la scène internationale, il a invité ses dirigeants à procéder à la ratifiation de ce pacte en vue de passer à un cap supplémentaire dans la réalisation de ces droits humains de deuxième génération et de rejoindre le seul pays à l’avoir déjà signé dans la sous-région, le Cap-vert. Notons que cette rencontre a été marquée par trois communications animées par différents experts. La première communication a porté eu pour thème « Ratifiation du protocole facultatif se rapportant au PIDESC par le Bénin : entre enjeux, opportunités et nécessité » animée par la professeure agrégée de Droit public, Gnamou Dandi. quant
à la deuxième, dont le thème est « Processus de ratifiation du Protocole facultatif se rapportant au PIDESC par le Bénin : état des lieux et perspectives », elle a été animée par le Directeur adjoint des affaires juridiques au Ministère des Affaires
étrangères, Bienvenu Houngbédji. Omar Azzabi du Bureau régional du Haut Commissariat pour les Droits de l’homme a pour sa part, axé son exposé sur le thème « utilisation des mécanismes juridiques internationaux et régionaux de défense, de protection et de promotion des droits de l’homme : obligation de l’Etat et opportunités pour la Société civile ».