Bureau Régional pour l’Afrique de l’Ouest
Niger : droits de l'homme, migration et trafic illicite de migrants - Former les ONG pour une meilleure protection des droits des travailleurs migrants©

Niger : droits de l’homme, migration et trafic illicite de migrants - Former les ONG pour une meilleure protection des droits des travailleurs migrants

1er novembre 2017

Le Niger est pays de départ, de transit et de destination de la traite et du trafic illicite de migrants.

La migration clandestine est facilitée par l’existence de réseaux et plusieurs acteurs qui interviennent à différentes étapes de la chaine. Mais cela expose les migrants à diverses formes de vulnérabilités, violences et d’exploitation par des passeurs qui ne visent que les gains liés à cette activité, au péril des conséquences négatives sur la vie et les droits des migrants.

26 acteurs de la société civile sont informés et sensibilisés sur la problématique du trafic illicite des migrants au cours d’un « atelier sur la contribution de la société civile à la mise en œuvre des recommandations du Comité sur les droits des travailleurs migrants au Niger ». Une formation que nous organisons conjointement avec ONUDC, grâce au soutien financier de l’ Ambassade des Pays Bas au Sénégal.
L’objectif est de mieux impliquer les organisations de la société civile dans le suivi des recommandations formulées par les Nations Unies dans le domaine des droits de l’homme.

A l’issue de l’atelier, les ONG seront mieux outillées pour porter assistance à leurs bénéficiaires, en particulier les travailleurs migrants, et revendiquer leurs droits. Elles pourront s´engager avec le mécanisme pour la rédaction de rapports et le suivi en rédigeant des rapports alternatifs.

Elles seront formées sur l´approche de la migration fondée sur les droits de l’homme, le cadre juridique et institutionnel du trafic illicite des migrants au niveau international et national et la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille ratifiée par le Niger.
La Convention constitue un important traité international dans le domaine de la protection des droits des travailleurs migrants. Elle souligne le lien entre les migrations et les droits de l’homme.

En tant qu’Etat partie à la Convention, le Niger est tenu de soumettre au Comité des rapports périodiques sur la manière dont la convention est mise en œuvre.
En août 2016, le Comité pour la protection des droits des travailleurs migrants a examiné le rapport initial du Niger sur les mesures prises par le pays pour donner effet aux dispositions de la Convention. Dans le cadre du dialogue interactif avec le Comité, le Ministère de la justice du Niger, a notamment indiqué que le Niger avait révisé son cadre juridique afin de se conformer aux instruments internationaux qu’il avait ratifiés, ce qui s’est traduit par l’adoption d’un nouveau Code du travail dont trois articles protègent sans discrimination les droits des travailleurs migrants. En 2015, une loi relative au trafic illicite de migrants a été adoptée. Par ailleurs, la loi sur l’entrée, le séjour et le travail des étrangers garantit à ces personnes l’accès aux services sociaux – santé, éducation, protection sociale.

Pour en savoir plus sur la loi 2015 relative au trafic illicite de migrants et notre action pour soutenir le Niger dans sa mise en œuvre : ici

évènements / campagnes

Rejoignez-nous et « Défendez les droits de quelqu'un aujourd'hui »
Le Haut-Commissariat aux droits de l'homme lance un appel de fonds de 253 millions de dollars – le plus ambitieux à ce jour
Atelier régional : Droits de l'Homme, Genre et Budget

Publications