Bureau Régional pour l’Afrique de l’Ouest
COVID-19 : Des actions ciblées sont nécessaires pour protéger les personnes LGBTI en temps de pandémie©

COVID-19 : Des actions ciblées sont nécessaires pour protéger les personnes LGBTI en temps de pandémie

20 avril 2020 Déclaration de la Haute-Commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme, Mme Michelle Bachelet, sur le COVID-19 et les personnes LGBTI.

GENÈVE (17 avril 2020) – Les États doivent s’assurer que les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, trans et intersexuelles ne soient pas victimes de discrimination ou ne craignent pas de subir des représailles pour avoir cherché à se faire soigner dans le cadre de la crise du COVID-19, a déclaré vendredi Michelle Bachelet, Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, alors que le Bureau des droits de l’homme des Nations unies a publié une nouvelle note d’orientation à l’intention des États et des autres parties prenantes sur le COVID-19 et les droits humains des personnes LGBTI

“Les personnes LGBTI sont parmi les plus vulnérables et marginalisées dans de nombreuses sociétés, et parmi les plus exposées au risque de contracter le COVID-19. Dans les pays où les relations homosexuelles sont criminalisées ou les personnes transgenres visées, il se peut qu’elles ne cherchent même pas à se faire soigner par crainte d’être arrêtées ou de subir des violences", a déclaré Mme Bachelet.

"Nous savons que les efforts déployés pour lutter contre la pandémie ne seront efficaces que si les droits à la vie et à la santé de chacun sont protégés. Pour les personnes LGBTI, cela signifie qu’il faut identifier et se pencher sur les façons dont elles sont particulièrement vulnérables, veiller à ce qu’elles ne fassent pas l’objet de discrimination et trouver des solutions. Cela signifie également qu’il faut veiller à ce que leurs voix soient entendues". 

La note d’orientation publiée par le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme identifie les principales préoccupations et définit des actions clés dans le contexte de la pandémie.

Il s’agit notamment de veiller à ce que les mesures introduites pour atténuer l’impact économique de la crise tiennent pleinement compte des personnes LGBTI, car elles sont plus susceptibles d’être sans emploi et de vivre dans la pauvreté que la population générale. Compte tenu des restrictions de séjour, certains jeunes LGBTI sont confinés dans des environnements hostiles avec des membres de leur famille ou des co-habitants qui ne les soutiennent pas, ce qui augmente leur exposition à la violence, ainsi que leur anxiété et leur dépression. Il est essentiel que les services de soutien et les refuges restent disponibles pendant cette période.

FIN

Alors que la crise liée au COVID-19 se développe, le Bureau des droits de l’homme des Nations unies publie une série de produits médiatiques et de conseils succincts sur les nombreuses dimensions de la pandémie liées aux droits de l’homme. Vous pouvez les trouver sur notre page web dédiée au COVID-19 

[Traduction non officielle]

évènements / campagnes

Rejoignez-nous et « Défendez les droits de quelqu'un aujourd'hui »
Le Haut-Commissariat aux droits de l'homme lance un appel de fonds de 253 millions de dollars – le plus ambitieux à ce jour
Atelier régional : Droits de l'Homme, Genre et Budget

Publications