Bureau Régional pour l’Afrique de l’Ouest

Ghana : Le projet de loi anti-LGBTI est une "recette pour la violence" - experts de l’ONU

12 août 2021 GENÈVE (12 août 2021) - Les experts des droits de l’homme de l’ONU ont exhorté le gouvernement du Ghana à rejeter un projet de loi sur les " valeurs familiales ", estimant qu’il vise à établir un système de discrimination et de violence parrainé par l’État à l’encontre de la communauté LGBTI. La première lecture du projet de loi a eu lieu le 2 août 2021, et son examen devrait reprendre en octobre 2021.

GENÈVE (12 août 2021) - Les experts des droits de l’homme de l’ONU ont exhorté le gouvernement du Ghana à rejeter un projet de loi sur les " valeurs familiales ", estimant qu’il vise à établir un système de discrimination et de violence parrainé par l’État à l’encontre de la communauté LGBTI. La première lecture du projet de loi a eu lieu le 2 août 2021, et son examen devrait reprendre en octobre 2021.
"Le projet de loi fait valoir que toute personne qui s’écarte d’une norme arbitraire d’orientation sexuelle ou d’identité de genre doit immédiatement être considérée comme dangereuse, malade ou antisociale", ont déclaré les experts. « De telles lois sont un exemple type de discrimination. »
"La proposition de loi encourage des pratiques profondément néfastes qui équivalent à des mauvais traitements et conduisent à la torture, comme les soi-disant ’thérapie de conversion’ et d’autres violations odieuses comme les procédures médicales inutiles sur les enfants intersexués, et le soi-disant viol correctif pour les femmes", ont-ils ajouté.
Les experts indépendants, nommés par le Conseil des droits de l’homme, ont présenté une analyse du projet de loi au gouvernement ghanéen, concluant que l’adoption de la législation dans sa forme actuelle ou toute forme partielle équivaudrait à une violation d’un certain nombre de normes relatives aux droits de l’homme, notamment l’interdiction absolue de la torture.
Par exemple, les tentatives d’empêcher les défenseurs des droits de l’homme de s’organiser pour défendre les personnes LGBTI, et l’interdiction absolue du débat public sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre, soulèvent de graves inquiétudes quant aux droits à la liberté d’opinion et d’expression, et d’association. De plus, le projet de loi en question légitimerait essentiellement les cas de violence contre les femmes LBTI mentionnés ci-dessus et renforcerait les stéréotypes de genre existants et la discrimination contre les femmes, qui sont à la fois la cause et la conséquence de la violence contre les femmes et les filles.
"L’examen de cette législation laisse profondément perplexe dans un pays qui a été considéré comme un champion de la démocratie en Afrique, avec un bilan impressionnant de la réalisation de certains objectifs du Millénaire pour le développement d’ici 2015", ont-ils déclaré. Ils ont cité des préoccupations spécifiques concernant les objectifs du Millénaire pour le développement en matière de santé, d’éducation, d’emploi, de logement et de justice entre les sexes.
"Le projet de loi semble être le résultat d’une profonde répulsion à l’égard de la communauté LGBTI. Il criminalisera non seulement les personnes LGBTI, mais aussi toute personne qui soutient leurs droits fondamentaux, leur témoigne de la sympathie ou leur est associée, même de loin.
"Étant donné que les personnes LGBTI sont présentes dans chaque famille et chaque communauté, il n’est pas très difficile d’imaginer comment, si elle était adoptée, cette législation pourrait créer une recette pour le conflit et la violence."
FIN

*Les experts : Victor Madrigal-Borloz, expert indépendant sur la protection contre la violence et la discrimination fondées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre ; Reem Alsalem, RS sur la violence contre les femmes, ses causes et ses conséquences ; Koumbou Boly Barry, RS sur le droit à l’éducation ; Irene Khan, RS sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’expression ; Mary Lawlor, RS sur la situation des défenseurs des droits de l’homme ; Nils Melzer, RS sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants ; Tlaleng Mofokeng, RS sur le droit qu’a toute personne de jouir du meilleur état de santé physique et mentale possible ; Elina Steinerte (Présidente-Rapporteuse), Miriam Estrada-Castillo (Vice-présidente), Leigh Toomey, Mumba Malila, Priya Gopalan, Groupe de travail sur la détention arbitraire Clément Nyaletsossi Voule, RS sur les droits à la liberté de réunion et d’association pacifiques
Les rapporteurs spéciaux (RS), les experts indépendants et les groupes de travail font partie de ce que l’on appelle les procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme. Les procédures spéciales, qui constituent le plus grand groupe d’experts indépendants du système des droits de l’homme des Nations unies, sont le nom général des mécanismes indépendants d’enquête et de surveillance du Conseil qui traitent soit de situations nationales spécifiques, soit de questions thématiques dans toutes les régions du monde. Les experts des procédures spéciales travaillent sur une base volontaire ; ils ne font pas partie du personnel de l’ONU et ne reçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou organisation et servent à titre individuel.
Droits de l’homme de l’ONU, page pays : Ghana
Pour plus d’informations et les demandes des médias, veuillez contacter Catherine de Preux De Baets (+41 22 917 93 27/ cdepreuxdebaets@ohchr.org ) ou écrire à ie-sogi@ohchr.org .
Pour les demandes des médias concernant d’autres experts indépendants de l’ONU, veuillez contacter Renato de Souza (+41 22 928 9855 / rrosariodesouza@ohchr.org ).
Suivez les nouvelles relatives aux experts indépendants des droits de l’homme de l’ONU sur Twitter @UN_SPExperts.

évènements / campagnes

Célébration de la journée internationale des droits de l'Homme 2020
Rejoignez-nous et « Défendez les droits de quelqu'un aujourd'hui »
Le Haut-Commissariat aux droits de l'homme lance un appel de fonds de 253 millions de dollars – le plus ambitieux à ce jour

Publications